Discussion fermée
Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 15

Discussion: [Concours d'Halloween #1] Histoire d'horreur

  1. #1
    Bucheron agité Avatar de BB_vloum
    Date d'inscription
    septembre 2012
    Localisation
    Boulogne-Billancourt
    Messages
    668
    Monde
    Terres d'Ambre

    Arrow [Concours d'Halloween #1] Histoire d'horreur

    Chers Settlers,

    Vous êtes passé maître dans l’art de faire frissonner vos camarades en leur racontant des histoires horrifiques ? Vous avez le secret pour écrire des poèmes à glacer le sang ? Il est temps de réveiller le Lovecraft, le Poe, le Dante qui sommeille en vous, car notre prochain concours est un concours d’écriture !

    Rédigez le texte le plus terrifiant possible (un poème ou une histoire courte) se déroulant bien entendu dans l’univers des Settlers.

    Les règles :
    • Votre création doit obligatoirement faire référence aux Settlers
    • Vous ne pouvez proposer qu’une participation. Vous pouvez modifier celle-ci durant toute la durée du concours.
    • Nous n’imposons pas de limite en termes de taille pour ne pas frustrer les plus prolifiques d’entre vous, mais je rappelle à ceux qui voudraient s’embarquer dans l’écriture d’un roman fleuve qu’il s’agit d’écrire une histoire courte (et cela vaut aussi pour les poèmes).
    • Les insultes et propos injurieux sont proscrits
    • Même s’il s’agit de nous faire peur, évitez de verser dans le gore. Autrement dit : on ne veut pas d’un texte interdit aux moins de 16 ans ? Rappelez-vous que l’on a le plus souvent peur de ce que l’on ne peut pas voir.

    Les récompenses :
    • Douze récompenses de 500 pierres précieuses seront distribuées aux meilleures participations
    • En plus de cette récompense, le poème que nous aurons considéré comme le meilleur gagnera un titre personnalisé sur le forum.

    Les dates à retenir
    • Le concours démarre dès le lundi 22 octobre à midi.
    • Fin des participations le dimanche 4 novembre à minuit.
    • annonce des résultats le lundi 5 novembre à midi.

    Les conditions à remplir pour participer
    • Vous devez avoir un compte sur le jeu

    Postez vos participations en réponse à ce message.
    A vos plumes, et donnez-nous la chair de poule !

    BB_Vloum
    Dernière modification par franklin60 ; 23/01/2013 à 17h47.

  2. #2
    Doyen Sénile Avatar de clouck59
    Date d'inscription
    octobre 2011
    Messages
    523
    Monde
    Terres d'Ambre
    Voici mon histoire :

    Histoire pour BB_vloum et BB_gomar



    Il était une fois , il y a fort longtemps , une riche duchesse nommée Margaux , mais tout le monde l'appelait BB_gomar . Elle était très riche , et vivait dans un palais d'une noirceur si sombre , que la nuit , on aurait dit qu'il n'y avait rien , sur cette colline . Le jour , ce palais assombrissait toute la vallée ... Le temps passa , des années comme ça , BB_gomar vieillissait , elle avait besoin de beaucoup de main d’œuvre pour s'occuper d'elle ... Elle devenait dangereuse , prête à tuer pour tout ce qui aurait pu la rajeunir , la rendre plus forte , plus résistante .
    Un jour sombre d'automne , où les feuilles se mettaient à tomber , et les arbres se mettaient à pourrir , une très vieille dame alla frapper à la porte de l'imposant palais . Gomar alla ouvrir la porte :

    "- C'est pour quoi ?
    - C...C...C'est bien vous ... Ma...Madame la duchesse ?... Bégaya la vieille . Soudain , elle sorti une fiole contenant un liquide rougeâtre et la but à grand soif .
    - C'est pour quoi ?! répéta la duchesse d'un air grognon .
    - Il y a des rumeurs disant que vous auriez besoin de forces ?
    - Oui , en effet . C'est pour quoi ! Disait gomar d'un ton tueur .
    - Cette potion , que je viens d'ingurgiter , me permet de retrouver la force . Je ne compte même plus mon âge , mais je peux vous dire que j'étais là quand la première cabane de bûcheron a été inaugurée !
    - Vraiment ?! Gomar commençait à être intéressée !
    - Mais si je suis là , ce n'est pas pour vous la donner , comme ça . Je veux que les gens me craignent , que même le Roi tremble devant mon passage ! Je me fais humilier , à chaque combat ! Ma potion et mes monstres ne sont pas assez puissants , il me faut de l'argent , plus de matériel , là , je ne suis qu'une pauvre mégère ... Quand j'étais jeune , je les dominais tous , ces chiens d'êtres humains ! J'étais connue sous le nom de ... Sorcière des marais ! J'avais ma tour , si agréable à mes yeux ! Mais un valeureux humain a réussi à la détruire , elle se faisait vieille , ma bicoque . Il n'était pas très intelligent , quand-même , il c'est fait écraser par les pierres et je n'étais même pas dans ma tour !
    - Oh … C'est dommage pour votre demeure , mais j’accepte . Je veux bien vous donner 3000 pièces d'or pour cette potion !
    - Pas de l'argent , juste 75K de granites pour me construire un palais !
    - Soixante-quinze mille granites , c'est pas donné quand-même !
    - Tant pis , je repars avec ma potion …
    - Non ! Non ! Ne partez pas ! Revenez ! Je vous propose un marché !
    - Je l'écoute ?
    - Je vous donne mon palais , et je vais vivre dans un nouveau palais , pour lequel la construction débutera ce soir , si vous le voulez bien ! Je vais le faire blanc , pour prouver mon pouvoir , ma jeunesse ! Je vais le nommer … le palais blanc !
    - Il y a l’électricité ? Et le breuvage courant ?
    - Pour le breuvage , non . Mais il y a une confrérie juste derrière le château , ils les vendent pas cher , là bas … Le prix est divisé par 4 !
    - Je prends !
    - Je veux ma potion tout de suite !
    - Dès que j'aurais mon palais , quand vous vivrez dans le palais d'à côté !
    - Je la veux tout de suite !
    - Non , je refuse .
    - Vous n'aurez donc pas votre palais .
    - Tant pis , je le volerais !
    - Au revoir , je trouverais un autre moyen pour rajeunir !"


    Et la sorcière partit . Mais elle voulait quand-même ce palais , qui avait l'air très intéressant ! Elle contacta donc un espion . Il arriva le lendemain :

    - Bonjour ! Je suis l'agent que vous avez contacté !
    - Ah , vous voilà !
    - Je me nomme Valentin , mon nom de code est BB_vloum .
    - Très bien , BB_vloum . Ta mission est d'aller assassiner la duchesse du palais sur la coline , là bas !
    - L'assassiner ? Mais pour quelle raison ? Je ne peux point tuer des gens !
    - Je vous l'ordonne !
    - Très bien , maîtresse ! J'y vais tout de suite !


    Il marcha de longues heures … Une fois arrivé au palais noir , la duchesse dit de derrière la porte : « Si c'est encore vous , satanée sorcière , je vous donnerais ce palais uniquement si vous me donnez tout de suite ma potion de jeunesse ! »

    "- Non , je suis … euh … votre facteur !
    - Mon facteur ?"


    La porte s'ouvrit et immédiatement , ce fut sanglant . L'espion , retournait chez la sorcière après avoir accompli sa mission . Non pas pour recevoir sa prime , mais pour avoir la potion dont parlait la duchesse .

    La sorcière , chez elle , ne pensant plus qu'à son futur château se disait qu'il lui fallait une défense au cas où la justice la retrouvait , ou au moins , mettre en danger les personnes qui pourraient la mettre en danger . Elle invoqua donc 50000 citrouilles maléfiques . Elle les enferma dans la cave de sa petite cabane , qui était en fait l'entrée d'une mine abandonnée , il y avait donc de la place . Au moment où elle refermait la porte de la cave , Vloum rentra et dit : « Maîtresse , méfait accompli . »
    Et il tua la sorcière aussi . Il fouilla maintenant toute sa modeste demeure , et trouva enfin la cure d'invincibilité . Il la but et vit la porte de la cave bouger . Étonné , il alla voir et toutes les citrouilles lui sautèrent dessus ! Il venait de boire la fiole et ne subissait rien . Il réussi donc à s’échapper , et prit habitation dans le palais noir , qui avait maintenant l'air encore plus sombre qu'avant . Les citrouilles , n'ayant plus rien à attaquer , s'ennuyaient , enfermées dans la maison . Elles cherchèrent donc une petite ville ( qui pourrait être la votre ), prête à les accueillir en passant par les souterrains de l'ancienne mine .

    FIN


    C'est ainsi que BB_vloum a réussi à remplacer BB_gomar .

    Et si un jour , dans vos messages , vous voyez « Blue Byte vous offre 50000 citrouilles » , n'acceptez jamais le message ou supprimez-le si possible !

    Images faites avec PhotoFiltre7™ et Paint™ et la recherche internet de Google™ Images .
    Dernière modification par clouck59 ; 24/10/2012 à 16h17. Motif: Ajout d'images

  3. #3
    Constructeur de cabanes en bois
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    1
    Monde
    Les Plaines d'Helios

    Les démons de la mine

    C'est dans la nuit noire d'Halloween,
    Du plus profond de nos mines,
    Que sortent des démons aux longues canines...
    Le poil hirsute et les griffes acérées,
    Ils traversent champs et forêts,
    A la recherche de jeunes Settlers à dévorer...
    On ne s'aperçoit de leur présence
    Que lorsque l'on sent leur haleine fétide,
    Leurs grognements aux relents rances...
    Il faut alors être rapide,
    Courir plus vite que le vent
    Pourchassé par une meute assoiffée de sang.
    Retenez bien ceci :
    Votre seul refuge, c'est la brasserie!

  4. #4
    Patasch
    liot connaissait bien la chambre sept.
    Avide d'or et de fructueuses citrouilles,
    Il y vendait pierres, bois et même chaussettes,
    Dès l'instant qu'il en faisait une magouille.

    C'était, dit-on, l'as de l'arnaque!
    Paysans, ouvriers, orfèvres et monarques,
    Tous finissait par pleurer de honte,
    Ruinés au point de supprimer leur compte.

    Il devenait un vrai monstre, si fort et si puissant,
    Qu'il fonçait tête baissée sur le premier passant.

    Mais, une nuit, il commit l'erreur de sa vie.
    Pendant que sa mère lui rappelait d'aller au lit,
    Il continua ses furieuses folies
    Bercé par les ronrons de son ordi chéri.

    "je shershe 20 sitrouille contre 5 lumiaire puiçante!", annonça-t-il
    Et le premier son de cloche ne se fit pas attendre.
    "Moi, moi, accepte ma demande, je veux bien t'en vendre.
    -salu araknet, il me fo plin de citrouille, il ment fo au moin 1000
    ".

    Puis les échanges commencèrent...
    Sournoisement, Eliot envoya
    Trois cents fortifiants solaires
    Qu'Araknet accepta.

    Une fois qu'Eliot eut rempli ses poches,
    Araknet constata la supercherie.
    "Espèce de voleur, sale gavroche!
    Tu n'as point d'honneur! Je te maudis!"

    Devant ces menaces, Eliot fut Mort De Rire,
    Sans savoir que le pire était à venir.

    Il ne vit ni le visage d'Araknet sortir de l'écran,
    Ni même ses horribles pattes d'araignée
    S'approcher doucement pour s'agripper fermement
    à la taille, la nuque et les jambes de l'accusé.

    Ce n'est que lorsqu'il fût piégé qu'il réalisa enfin
    Que la Mort existait et que c'était la fin.
    L'ancien béni des dieux se senti bien peureux,
    et Araknet, démon virtuel, le dévora des yeux.

    Eliot cria, il hurla de douleurs,
    En suppliant vainement son agresseur.
    Et lorsque sa mère entra pour comprendre ce vacarme,
    Elle s’effondra au sol, accablée de larmes.

    Où était-il? Qu'était-il devenu?
    Elle devint folle de l'avoir perdu.

    L'enfant fût condamné à errer éternellement,
    Dans un monde virtuel nommé Terres d'Ambre,
    Soumis au supplice d'offrir chaque novembre
    Ses citrouilles cultivées les onze mois restants.

    Méfiez-vous, Ô Settlers, de qui vous arnaquez,
    Car en jouant le maître, vous pourriez être prisonnier.


    1/ Content de voir que Gomar est toujours dans les parages.
    2/ ClouCK59, ton histoire était superbe! J'aime beaucoup ton style, net et propre! (même pour le passage sanglant)
    Dernière modification par Patasch ; 25/10/2012 à 06h13.

  5. #5
    Constructeur de cabanes en bois
    Date d'inscription
    décembre 2011
    Messages
    2
    Monde
    Terres d'Ambre
    Minuit. Voici l'heure du crime.
    Sortant d'une forêt de feuillus voisine,
    Un Settler surgit dans le noir.
    Il prend son arc long,
    S'approche de la mine d’or
    Sans émettre plus de son
    Que l’eau qui dort
    La pointe de la fléche luit, bien aiguisée.
    Puis, masquant ses yeux de fouine
    Avec un pan de son manteau,
    Il pénètre dans la cuisine
    Et, d'un seul coup, comme un bourreau
    Avant que ne crie la victime,
    Transperce le coeur d'un artichaut.

  6. #6
    Constructeur de cabanes en bois
    Date d'inscription
    août 2011
    Messages
    1
    Monde
    Terres d'Ambre
    cela fait maintenant trois semaines que des settlers disparaissent sans laisser la moindre trace, le roi m'a mandaté pour retrouver ces citoyens.
    Ils habitaient tous à proximité de la forêt du hurleur, une grande région densément boisée ou la lumière peinait à pénétrer même un midi d'été. L'air y est glacial, une brume s'étale sur le sol il est difficile de voir ou je met les pieds. Des branches dansent dans les arbres donnant l'impression que des êtres m'observent, non, ce n'est pas une impression une forme a sauté d'un arbre à l'autre, quelques oiseaux prennent leurs envole puis le silence revient, encore plus pesant, une sensation malsaine me fit frissonner, une odeur plane dans l'air : celle qu'une bête acculé sent quelques secondes avant d'être mis à mort. Très lentement je sors mon épée de son fourreau tout en scrutant les alentours.
    Une, deux, trois, quatre créatures me scrutent dans les arbres je peux voir leurs yeux luisant malgré le peu de lumière. Un souffle, chaud et nauséabonde sur ma nuque me fit sursauter d'un geste rapide je me retourne et donne un coup d'épée, mais dans le vide.
    Un hurlement atroce déchira le silence, faisant fuir mes assaillants, il est la, il approche, le hurleur la créature des contes pour faire peur aux enfants existe, je sens mes membres trembler, je n'arrive plus à bouger tellement la peur me submerge.
    Un courant d'air me balaye le visage, je ressent quelques chose couler sur mon torse, je pose ma main dessus et la lève vers mes yeux : du sang; mon sang, je n'ai rien sentie, je tombe à genoux mes forces me quittent. A nouveau ce hurlement atroce vint percer mes oreilles avant que je ne ferme les yeux.

  7. #7
    Doyen Sénile Avatar de Vyronas
    Date d'inscription
    septembre 2012
    Messages
    512
    Monde
    Les Plaines d'Helios
    Mémoire des Légendes urbaines Settlers.
    Rapport d'enquête n° 13.

    Rédigé par Vyronas Z. Settler.



    Cher lecteur,
    Une légende urbaine n'est jamais sensée se vérifier...
    Elle repose sur un fait divers, lui même perdu dans les méandres de l'histoire...
    Dans ce tumulte d'histoires plus absurdes les unes des autres, laisse moi te conter la seule légende urbaine sur laquelle j'ai été amené à enquêter, toute une année durant. C'est d'ailleurs la seule légende urbaine qui reste à mon sens ... irrésolue.

    Mon histoire se passe sur la petite île d'Hélios.
    Chaque année, il semblerait que les Settlers d'Hélios aient des coutumes particulières en période d'Halloween.

    J'ai été contacté par le seul brasseur de la région,
    Mr. Cuite Settler, qui me conte dans sa missive, qu'il s'est installé dans la région depuis 2 cycles maintenant. Rien à faire, à chaque cycle, c'est la même histoire: Aucun client ne vient dans sa brasserie en période d'Halloween...
    Plus inquiétant encore, personne ne sort la nuit ni ne travaille durant la journée... Selon lui, les champs ne produisent que de très faibles récoltes, et l'eau des puits est d'une couleur brunâtre.
    Seules quelques lueurs orangées, couvrent les vallées lointaines chaque nuit, durant cette période morte...
    Lorsque
    Mr. Cuite S. vient à interroger ses clients en dehors de la période d'Halloween, personne ne consent à lui répondre, prétextant systématiquement un oubli, ou un travail en cours, pour disparaître de la brasserie dans les dix secondes!..

    N'en perdant ni une ni deux, en chasseur de légende urbaines que je suis, je pris mes affaires et me dirigeai vers l'île d'Hélios pour enquêter sur ces coutumes étranges.

    Début Janvier - Cycle 1023 après S-C.
    Mes premiers témoignages, proviennent d'un ivrogne que j'ai pu croiser dès mon arrivée à la brasserie de mon hôte, sur l'île d'Hélios.
    Profitant de sa difficulté à se déplacer, je lui offris un bon breuvage à base d'orge en échange d'une petite discussion en tête-à-tête...
    Son état lamentable, ne me permettent pas de vous relater ces propos... je me contenterais donc de vous les résumer.

    Il semblerait que notre histoire débute avec un certain Toile Settler.
    Toile est un petit Gah agé de 63 Cycles Settleriques, haut de quelques décimètres mais robuste comme un rocher. Il est mineur de carrière comme son père l'était avant lui, ainsi que tous ses alleux. Veuf, depuis 10 cycles maintenant, il vit dans une petite demeure rudimentaire qui lui sert également de dépôt à l'extrémité Sud-Est de la ville, là où les mines sont intarissables depuis des décennies...
    Intarissables vraiment?... Bien sûr que non. Toile est reconnu comme un maître Mineur à lui tout seul et les mines de Fer et de marbre de la propriété familiale sont les plus rentables de l'île durant toute l'année. Toute l'année, sauf... lors de la dernière semaine d'Octobre. Pour une bonne et simple raison: Toile est absent, et ne réapparaît que le 2eme jour du mois de Novembre, devant la tombe de sa défunte dame...

    Après avoir recueilli ces propos, cher lecteur, je me suis retrouvé avec un ivrogne sur les genoux, la tête sur son tabouret et du vomi plein mes pieds.. Mais ne nous attardons pas sur ce genre de détails, car mon enquête ne fait que commencer!

    Fin Janvier - Cycle 1023 après S-C.
    D'après certains témoignages de Mineurs de charbon du Nord-Ouest de l'île, Dame Tulle (Feu l'épouse de Toile) avait pour passion la chasse.
    Elle consacrait deux jours de la semaine à sa passion de la chasse en compagnie des chasseurs dans les fourrées du Nord-Ouest de l'île. Dame Tulle était reconnue par tous comme étant une inconditionnelle de l'arme blanche.
    Selon un des Chasseurs, je cite:
    "Dameuhh Tullé? Elle était robuste c'te dame! Je n'aurais jamais voulu être à la place des sangliers, c'est moua qui voul'dit!".
    Quant à un autre de rajouter: "Mhhh.. Elle avait une habileté extra-Settlerique c'te bout de feuhm... Elle partait avec nous, une faucille à la main et disparaissait durant la chasse... Deux jours plus tard, elle nous revenait avec deux lapinous, quatre croasses et un loup complètement dépecé! Vous avez déjà essayé de chasser des croasses avec une lame? C'est que ça vole vite c'te zosilleau là!...".

    Mais continuons notre histoire...
    Durant la nuit sombre du 31 Octobre 1013, après Settler-Christ, un chasseur rapporta que Dame Tulle n'était pas rentrée avec eux. Cela faisait 3 jours qu'elle n'était apparue à la cabane des chasseurs. Ce soir là, les Settlers avaient organisé des dizaines de battues, avec à leur tête des généraux d'armées et même des centaines de recrues pour la retrouver.
    Tout cela en vain... Dame Tulle, ou ne serait-ce qu'une partie de son corps, n'ont jamais été retrouvés...
    Un seul fait énigmatique fût rapporté par les chasseurs: Aux premières lueurs du matin, dans une clairière, entre la forêt et les montagnes, une citrouille plantée d'une faucille à été retrouvée au pieds de deux arbres morts...


    [NDLR: Prise de vue de la clairière, depuis le sommet d'une colline au Nord-Ouest de l'île. Prise durant mon séjour, à la mi-Février 1023.]

    Mi-Avril - Cycle 1023 après S-C.
    J'ai réussi à trouver un Minier de cuivre, du Sud du pays, qui nous raconte les jours suivants la disparition de Dame Tulle:

    "Ms'ieur Toile?! C'te pauvre homme... Il a perdu l'être le plus cher à ses yeux... Vous savez, il cravache dur dans ces mines. Elle était son seul réconfort tous les soirs de l'année... Le jour après les battues, il était effondré ct'e bonhomme... Il est resté au cimetière toute la journée, à se recueillir sur la tombe vide de sa dame... c'était le.. 2eme jour de Novembre 1013 je crois.. Ouep! c'est ca!.
    Depuis 10 cycles maintenant, Ms'ieur Toile arrête ses mines la dernière semaine d'Octobre, et réapparaît dans le cimetière le 2ème jour de Novembre! Vous savez m'sieur... le plus intriguant la dedans, c'est que durant tout ce temps, personne ne sait où il est ct'e bonhomme!...Et Pffft! d'un coup, il se retrouve au cimetière, une faucille à la main, qu'il dépose sur le cercueil vide de sa dame!"

    Ainsi, chaque cycle depuis le décès de Dame Tulle, Toile disparaît et réapparaît le 2 Novembre devant la tombe de sa femme, une faucille à la main, fêtant l'anniversaire de la disparition de celle-ci...


    Mai - Cycle 1023 après S-C.
    Durant les semaines qui suivirent, il semblerait que la rumeur la plus répandue, soit que "Toile à dépecé Dame Tulle, car elle ne voulait pas lui donner un petit Turban."

    [NDLR: Chez les Settlers, on appelait anciennement les enfants, "les turbans". Par analogie au mot "turbulents". Je sais... c'est pas très convaincant.. Mais c'est la seule analogie rationnelle que j'ai trouvé...]
    Qu'à cela ne tienne, ne nous arrêtons pas à cette partie du récit. J'apprends également que des phénomènes bizarres envahissent l'île durant la période d'Octobre..
    Comment expliquer que toutes les fins d'Octobre à début Novembre, qui correspond exactement à la période du décès de Dame Tulle, des plaies s'abattent chez les Settlers d'Hélios?
    Les nuits sont noires et les journées sont sombres...
    Les champs ne sont plus rentables en cette saison: Ils ne suffisent qu'aux besoins primaires de quelques familles... Les moulins s'arrêtent.
    Les mines s'effondrent sur elles-même...
    Les abords des puits sèchent à vue d’œil... alors que les pêcheries du lac central d'Hélios regorgent de poissons ramenés au filet... morts.
    C'est la saison de la disette, du désespoir et de la terreur.
    C'est la période d'Halloween.

    Cher Lecteur, accroche toi dans ton fauteuil, car la suite de l'histoire est bien plus intrigante...

    Juillet - Cycle 1023 après S-C.
    Depuis mon arrivée sur l'île, les Settlers se font de plus en plus distants.. j'ai de plus en plus de mal à trouver des réponses à mes questions.. Je décidai donc de m'attarder sur ces fameuses battues organisées 10 cycles plus tôt, lors de la nuit du drame.
    La suite de mon récit se base donc sur les déclarations du
    Général Géssuifort, qui à organisé les battues lors de la disparition de Dame Tulle.
    Selon lui, Dame tulle n'est pas la seule à avoir disparu ce soir là...

    "Jeune homme, j'ai été Général d'armée jadis! Croyez moi sur parole si je vous dit que c'te Dame Tulle et M'sieur Toile ne sont pas Nets dans c't'histoire!
    Mon Garçon, durant tout ma carrière militaire, je n'ai jamais eu l'occasion de voir celà... Et jusqu'à présent, je n'ai jamais répété ce que je vais raconter... Durant la battue du 31 Octobre 1013, 10 régiments ont été déployés M'sieur! Seuls 9 des 10 régiments me sont parvenus en parfait état... Le dixième régiment a... comment dire... été retrouvé sans vue ni sourire.
    Oui c'est bien çelà! Et que je ne vous entende pas dire que je ne suis qu'un vieux gâteux!... Il ont été retrouvés dans la forêt sans Yeux, ni bouche vous dis-je!"...
    "Mon garçon... écoutez moi attentivement... Chacun d'eux portait une citrouille autour du cou... Et lorsque je leur ai demandé un rapport sur leur état, ce sont les citrouilles défigurées qui répondaient à leur place! AH AH! vous imaginez?! LES CITROUILLES RIAIENT ET CHANTAIENT A LEUR PLACE, ALORS QU'ILS AVAIENT TOUS UN VISAGE COMPLÈTEMENT PLAT! AH AH AH AHAHAHAHAHAHAH!"

    Ne sachant plus trop quoi faire face à l’hystérie du général, je décidai de le quitter, jusqu'à ce que celui-ci me rappelle à l'ordre..:
    "Alte là, mon garçon!...
    Vous me prenez pour un fou? sachez une dernière chose mon garçon... Les dernières paroles des dix recrues, faisaient mention d'une faucheuse... La mort elle même, qui à abattu sa faux sur leurs visages...
    Heureusement que ces dernières recrues n'étaient que des bandits à la retraite... sans famille ni port d'attache..
    A l'idée que personne ne puisse les pleurer, j'ai tout de suite ordonné de les fusiller et de les décapiter sur le champs! AH AH ! AHAHAHAHAH!"
    Triste histoire n'est ce pas?... La suite n'est pas plus joyeuse cher lecteur...
    A ce stade-ci, mon enquête piétine... Les portes se ferment et les volets se baissent. Les groupes d'enfants se disloquent en disparaissant tout aussi vite..
    Seuls quelques vieillards daignent encore à s’attarder sur moi, tout en feignant leur impotence auditive...
    J'ai la conviction que tout le monde est de mèche, et personne ne lâchera rien.
    Quelques semaines plus tard, mes soupçons sont confirmés.


    Septembre - Cycle 1023 après S-C.
    Lors de mes déplacement dans le Nord de l'île, je me suis assoupi en début d'après-midi dans une clairière qui mène vers la plage. A mon réveil, j'ai été surpris par une jeune Settler qui chantonnait à quelques mètres de moi, tout en cueillant des pâquerettes..

    [NDLR: Clairière au Nord de l'île]

    M'approchant d'elle, je lui proposai mon aide, autour d'un petit brin de causette.
    C'est alors que j'ai pu recueillir, en plus des pâquerettes, ce précieux témoignage:
    "Des hommes citrouille M'sieur? heu... non! jamais entendu parler! A moins que vous ne parliez d'Eliot!"

    "Eliot"? Mon coeur fit Trois tours dans la poitrine, avant de me ressaisir..:
    "Oui, Eliot!... je sais que je ne peux pas en parler... Maman et papa me l'interdisent... mais Eliot est mon ami M'sieur! il n'est pas méchant!

    Gratifiant la petite fille de mon plus large sourire, je l'invitai à continuer...:
    "Un soir, le cycle passé, j'étais sortie dans la forêt pour cueillir des baies bleues pour papa! Vous savez.. mon papa était malade... et j'ai pensé qu'une confiture aux baies pouvait le guérir instantanément! Comme le Docteur Bienfait Settler!
    Mais dans la forêt, je me suis perdue... et au bout d'un moment j'entendais des bruits bizarres... j'ai donc couru partout en criant à l'aide pendant 10 heures! Oui M'sieur que c'est vrai!
    Ensuite, tout d'un coup, tout s'est arrêté. Il n'y avait plus de bruits M'sieur. Mais il faisait froid...de plus en plus froid... J'ai donc décidé de me cacher dans les buissons pendant la nuit... jusqu'à ce que...

    La jeune fille tremblait... Elle était pâle... Je la pris dans les bras en la rassurant, et lui ai offert quelques unes de mes baies sucrées cueillies le matin même. Quelques minutes plus tard elle repris confiance en elle et continua son récit:
    "Vous avez déjà vu la dame noire M'sieur? non? Elle est grande et elle porte un grand bâton muni d'une lame courbe au bout...
    Elle est apparue au dessus de moi! comme par magie! Papa me faisait le même tour à Noêl, mais c'était pas pareil! La dame noire elle, n'est pas sortie d'une cheminée avec une corde autour du ventre et pleine de suie au visage!..
    J'ai eu peur... j'étais pétrifiée... ai j'ai couru aussi vite que je pouvais!
    Mais m'sieur, il faisait froid.. et je ne voyais rien dans le noir!
    Et puis pffft!.. j'ai vu une lueur au loin! C'était mon ami Eliot M'sieur!"

    Après quelques baies supplémentaires, et de nouvelles couleurs de joies sur son visage, elle continua:

    Eliot il est gentil lui! Grâce à sa grande tête ronde, il faisait jour pendant la nuit! C'était bizarre parce que je me suis demandée comment il pouvait voir avec une citrouille sur la tête?... mais quand j'ai vu que la lumière sortait de ses yeux et de sa bouche, je me suis dit qu'il regardait à travers ces trous!
    Vous savez M'sieur.. Eliot était chaud... et lorsqu'il m'a prise dans les bras la Dame noire à cessé de courir après moi... et je ne me souviens de rien de plus..."
    "Lorsque j'ai raconté ça à Papa et Maman le lendemain, ils m'ont serrée fort dans leurs bras et m'ont demandé de ne jamais raconter cette histoire...
    En échange, les grandes personnes cultiveront des citrouilles durant cette période de l'année, pour qu'aucun enfant ne puisse jamais plus disparaître la nuit..."


    Octobre - Cycle 1023 après S-C.
    Cher lecteur, vous vous attendez sans doute à voir le témoignage de Toile Settler pour avoir le fin mot de cette histoire...
    Je me suis bien rendu à la petite demeure rudimentaire à proximité des mines du Sud-Est... Cependant la demeure était déserte... durant toute la semaine... Et pour cause: Nous sommes à Halloween lorsque mon enquête touche à son but.

    [NDLR: Prise de vue du domaine de Toile. La tombe de Dame Tulle est au pied d'un arbre mort... Octobre 1023.]

    Le seul élément visible en cette période de l'année, sont les lueurs des champs de citrouilles au loin, durant les premières lueurs du crépuscule...

    [NDLR: Prise de vue à partir du massif central de l'île. Octobre 1023.]


    Ma quête touche à sa fin.
    Rechercher Toile Settler serait vain en cette période... Mon petit doigt me dit que Toile et Eliot, ne sont qu'une seule et même citrouille, liée d'une manière ou d'une autre à la faucheuse...
    Mais où qu'il soit en ce moment, une chose est certaine: Il est plus utile là-bas, que chez lui...


    Vyronas Z. Settler.





    [NDLR: cette histoire sera remaniée un tout petit peu concernant la mise en forme et ou des compléments, durant la durée du concours avant son terme. Merci. ]
    Dernière modification par Vyronas ; 27/10/2012 à 11h03.

  8. #8
    Dompteur de poneys Avatar de Lorwarzii
    Date d'inscription
    décembre 2011
    Messages
    77
    Monde
    Terres d'Ambre
    Au plus profond des océans, les îles des terres d'Ambre, en silence et immobiles, semblent attendre une lueur qui ne viendra plus.

    Les ténèbres sont apparus, avec elle la Grande Faucheuse, emportant nombre d'entre nous vers l'au delà. Les tombes se mises à bouger, des morts-vivant ont envahi les rues, obligeant nos citoyens à fuir.

    Rien, désormais, dans les chemins sinueux des îles colonisées, autrefois foulées par les milliers de settlers, portant leur labeur quotidien jusqu'à la maison du maire. Au cœur de nos terres désolées, des végétaux rampant ont envahi les ruines, ornant nos vestiges de cette immondice, dont nul ne saurait prononcer le nom. Cela fait bientôt une semaine que l'obscurité et la mort se sont abattus sur nos vies. Certains se terrent, n'osant sortir des demeures de peur d'être happé par la faucheuse, ou dévorés par les zombies. D'autres, ne sachant que faire, fuient vers de nouveaux territoires. Les mines, les écoles, sont vides, même la caserne semble avoir été désertée. Les silos, foisonnant jadis de céréales, se vident de jour en jour.
    Chacun craint une famine, dans cette obscurité, les champs ne poussent plus..

    Aujourd'hui, tous attendent la lumière solaire qui nous sortiras de ce cauchemar..

  9. #9
    Bûcheron agité
    Date d'inscription
    septembre 2012
    Messages
    17
    Monde
    Les Plaines d'Helios
    Brrr, fit John Anvil le forgeron en passant près du champ de citrouilles. Le froid était vif et le fit frissonner. Il remonta le col de son manteau en regrettant d’avoir quitté la douce chaleur de sa forge. Il serrait contre lui la citrouille qu’il avait dérobée, se délectant par avance de la bonne soupe qu’il avalerait bientôt.
    L’obscurité était profonde et il se demanda si c’était vraiment une si bonne idée que de couper à travers champs pour rejoindre son acolyte Sam le meunier. Et voilà maintenant que cette fichue brume se levait, il ne distinguait presque plus son chemin. Quelque chose le frôla, il fit un écart et chuta lourdement sur le sol. Il cherchait de quoi l’aider à se relever, ce bâton fera l’affaire se dit-il quand un craquement sinistre lui glaça le sang. D’un bond il se remit sur ses pieds en brandissant sa canne improvisée, la lune perçant les nuages lui dévoila l’objet qu’il tenait dans les mains.
    Un os humain ! Une peur panique s’empara de lui, il couru droit devant lui, vite, vite chez Sam le meunier se dit-il, il habite tout près. Il ne reconnaissait plus rien, des citrouilles, encore des citrouilles, des champs infinis de citrouilles. Une vague lueur toute proche lui redonna espoir, la lanterne de Sam sans doute, il redoubla d’efforts pour l’atteindre mais elle semblait s’éloigner, c’était à devenir fou. Il chuta à nouveau sur un obstacle, maudites citrouilles maugréa-t-il en se relevant quand une pensée terrifiante lui traversa l’esprit, et si ce n’était pas une citrouille ? Terrifié, il reprit sa course à travers champs, mais ses jambes lourdes comme du plomb ne le portaient plus, il s’arrêta peu après hors d’haleine. Perdu, je suis perdu pensa-t-il quand une ombre difforme se dressa devant lui, d’apparence humaine mais avec une tête disproportionnée, ronde et faiblement lumineuse, les yeux flamboyants. C’est la fin dit-il tout haut, rassemblant ses dernières forces il jeta sa précieuse citrouille sur le spectre.
    Manqué ! Impossible de fuir maintenant, il sentit son sang se figer quand le spectre s’approcha de lui le visage grimaçant dévoilant des dents sanguinolentes. Avec l’énergie du désespoir, John Anvil s’arracha de l’étreinte mortelle, pris ses jambes à son cou et fila droit devant lui, on ne l’y reprendrait plus se jura-t-il, voler une citrouille le 31 octobre…

  10. #10
    Pêcheur de poulpes Avatar de Ball2
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Perdu dans la jungle entre Stockholm et Tombouctou ...
    Messages
    22
    Monde
    Les Plaines d'Helios
    Il ferma la porte de la taverne et se retrouva seul.

    Frissonnant dans la présente fraîcheur, il remonta le col de sa cape d'un geste mal assuré (que la consommation abusive de breuvage pouvait aisément expliquer). Il prit une profonde inspiration avant de descendre d'un pas lourd quelques marches. L'air vif ne suffisait malheureusement pas à dissiper les vapeurs qui embrumaient son cerveau, mais lui offrait un regain de vigueur pour parcourir la distance le séparant de son logis. Levant les yeux au ciel, il pu admirer la lune qui ce soir s'était parée d'une teinte presque sanglante tant elle fut rousse. Se rappelant une histoire que lui racontait sa grand-mère là-dessus, il ne put réprimer un sourire.

    Et c'est ainsi qu'on le voit donc qui s'avance, tanguant de bâbord à tribord. Lui qui par son état de bûcheron n'avait jamais eu l'occasion de faire un voyage en mer, semblait pourtant rencontrer un fort roulis, l'obligeant parfois à se raccrocher à un mur ou à un arbre, une fois l'orée de la forêt franchie. Mais soudain, il s'arrêta net. Un bruissement s'était fait entendre près de lui. Immédiatement, lui vint le regret amer de ne pas avoir songé à se munir d'une torche ou d'une lanterne ...

    Vous savez ce que c'est. En cette soirée d'Halloween, on se raconte des histoires de sorcières, de monstres et de magie pour faire peur aux enfants. Mais là, seul en forêt et dans la semi-obscurité, juste éclairée à la faveur d'une rare trouée dans le feuillage, l'imagination s'emballe vite. D'autant plus vite qu'elle a été stimulée par la soirée animée qu'il venait de vivre ! Telle une pierre , il ne respirait plus. Tous ses sens étaient aux aguets, mais rien ne semblait troubler la tranquille quiétude de la forêt endormie.

    Il reprit sa progression toujours en alerte, évitant de ce fait de passer dans les taches, que cette étrange lumière distillée par la lune faisait apparaître dans la pénombre des bois. Ce devait être une hallucination due à sa soirée arrosée et il se sentait presque ridicule d'avoir ainsi lâché la bride à son imagination. La vue de sa cabane toute nimbée de cette couleur rouge, lui arracha presque un sourire. Mais il n'eut pas le temps de s'esquisser sur son visage, car à peine franchi le cercle de lumière formé par la clairière où était sise sa cabane, le bruissement se répéta.

    Pris d'un soudain accès de panique, il se précipita vers la porte, la déverrouilla et entra d'un bond à l'intérieur. Se retournant pour la refermer à double tour, il trébucha et tomba en arrière. Il tenta maladroitement de se raccrocher à tout ce qui pouvait se trouver à portée, mais ses bras battants ne rencontrèrent que le vide ... Et ce fut la chute. Son crâne heurta rudement le sol de terre battue mais avant de sombrer dans l'inconscience, il entendit le claquement sourd de la porte qu'on refermait ...

    Où était il ? Cette pensée fut une des premières choses cohérentes que son cerveau parvenait à émettre. Tout autour de lui était noir comme l'encre la plus sombre. Il ne pouvait pas encore bouger. Le moindre mouvement, surtout de la tête, lui faisait des bouffées de tournis. Mais déjà, il fallait se concentrer pour savoir ce qui lui était arrivé. Une chute certes, mais ensuite ? Qui avait refermé la porte ? L'absence de liens l'entravant d'une quelconque manière rendait l'affaire encore plus étrange. Et si cela n'était pas humain ?

    Il ne savait pas combien de temps il était resté inconscient. A vrai dire, il avait perdu toute notion du temps. Cela faisait-il une minute ou plutôt une heure qu'il était revenu à lui, il n'aurait pu le dire. Le vent au dehors semblait rugir comme si milles diables s'étaient échappés de l'enfer et hurlaient leur rage au monde. Tout à coup, il remarqua un mouvement lumineux, presque régulier. C'était diffus et à la limite de son champ visuel sur la droite.

    Il tenta de tourner la tête dans cette direction, mais ne le pu que de quelques degrés. Le vertige menaçait de le prendre s'il insistait de trop. Ce nouvel angle lui permit d'apercevoir un trait de lumière rouge clignotant de manière irrégulière. Il ferma les yeux quelques instants. Puis, en les ouvrant, chercha à s’accoutumer à cette lumière afin de distinguer quelque chose. Ce fut d'abord flou et il ne semblait rien voir de particulier. Petit à petit, certains détails finirent par ressortir du lot.

    Une forme sombre était tapie là. Cela ne semblait pas très grand ou bien n'en voyait il qu'une partie. Progressivement, ses yeux s'accoutumaient à ce singulier va-et-vient que faisait la lumière rougeâtre et il lui semblait maintenant voir une masse de la taille d'un seau, qui ne reflétait pas la lumière. S'y accoutumant tant et si bien qu'il remarqua quelque chose qui le fit hurler d'horreur. Deux yeux rouges le fixaient de leurs pupilles fendues en oblique ...

    Alerté par ce cri de terreur absolu, son voisin et ami le forestier se précipita vers sa cabane en finissant d'enfiler sa tunique, au saut du lit. Un volet grinçait avec le vent, sans doute mal fermé. Aucune lumière ne semblait briller à l'intérieur. Il tambourina à la porte et trouva celle ci non verrouillée. Il entra et promena sa lanterne avant de la lâcher de surprise ... Au sol gisait le bûcheron, les cheveux blancs comme la craie et qui regardait d'un air horrifié les bottes à grandes boucles obliques posées au pied de son lit. La lumière filtrant par le volet battant, en faisait régulièrement briller les boucles d'un éclat rouge sinistre ...

    Nul ne sut jamais ce qui s'était vraiment passé cette nuit là.
    Dernière modification par Ball2 ; 25/10/2012 à 23h30. Motif: P'tite faute ...

Discussion fermée
Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Ubisoft utilise différents types de cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible. En les acceptant, vous consentez l'utilisation de nos cookies sur l'ensemble du réseau ubi.com. En savoir plus.